jeudi 4 octobre 2012

Un suspect toujours en fuite dans l'affaire Kevin et Sofiane !

Il reste qu'un suspect en fuite, âge de 18 ans, ce fuyard est toujours activement recherché par la police française qui a diffusé sa photo à tous les commissariats et gendarmeries de France pour retrouver ce suspect. Il avait pour été déjà jugé en comparution immédiate le 27 août pour avoir attaqué un homme avec un couteau à un distributeur automatique à Grenoble. Le tribunal l'avait relaxé, mais le parquet avait fait appel de cette décision. Les trois juges d'instruction en charge de l'enquête pourront par ailleurs lancer un mandat d'arrêt international s'il était avéré que le suspect s'est enfui à l'étranger.

Un fuyard, âge de 18 ans, s'est rendu aujourd'hui début d'après-midi à l'hôtel de police. Ce suspect avait été condamné en mai dernier à 18 mois de prison, dont 6 mois ferme, pour avoir porté deux coups de couteau à la main et à la cuisse d'un vigile de supermarché à Echirolles, dans l'agglomération grenobloise. Placé en détention depuis les faits, il était sorti de prison la semaine dernière, quelques jours seulement avant la rixe mortelle qui a coûté la vie à deux jeunes vendredi dernier.
Deux hommes s'étaient déjà présentés d'eux-mêmes à la police, l'un au commissariat de Cachan (Val-de-Marne) mardi soir, l'autre à Grenoble mercredi matin.

Douze personnes ont été arrêtées par la police tôt lundi et mardi matin. Les premiers à avoir été arrêtés sont deux frères militaires.

Lors de cette rixe mortelle, avec usage de couteaux, manches de pioche, bâtons ou encore d'un marteau, Kevin, étudiant, et Sofiane, éducateur, âgés de 21 ans, ont reçu notamment plusieurs coups de couteau, sept à huit pour Kevin et une trentaine pour Sofiane. D'après le parquet, Sofiane et Kevin ont été attaqués par un groupe de 10 à 15 individus, mais le rôle de chacun reste à déterminer

Une marche blanche a été organisée à la mémoire de Kevin et Sofiane mardi le 2 octobre en fin d'après-midi dans les rues d'Echirolles (Isère).
Les suspects ont été incarcérés dans différentes prisons de la région Rhône-Alpes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire